Bienvenue sur le site du séminaire "Dépression et anxiété chez les personnes âgées: Perspectives scientifiques et leviers de prévention"

 

Présentation

À l’occasion de la journée internationale des personnes âgées, le 1er Octobre 2021, nous, doctorant·e·s du Réseau doctoral en santé publique (Guilhem Dardier, Alexandra Descarpentrie, François Durivage, Catherine Milon, Sarah Nedjar-Calvet), organisons un séminaire interdisciplinaire avec pour thématique "Dépression et anxiété chez les personnes âgées : perspectives scientifiques et leviers de prévention"Il accueillera étudiant·e·s, doctorant·e·s, enseignant·e·s-chercheur·euse·s en santé publique, médecins et professionnel·le·s de santé, décideur·euse·s politiques, et toute personne intéressée par cette thématique.

 

Contexte

 “Les vieux sont tous dépendants”, “les vieux n’ont pas de sexualité”, “les vieux coûtent cher”, “les vieux sont inactifs et peu dynamiques”, “les vieux sont un poids pour les jeunes”,  “les vieux sont impotents”, “incapables de s’occuper d’eux mêmes”, “rigides”, “isolés” : les stéréotypes négatifs sur les personnes âgées sont nombreux et persistants. Ils modèlent malgré nous nos représentations vis-à-vis de la vieillesse et nous conditionnent à adopter une attitude de rejet, de mépris, de crainte parfois, de déconsidération souvent, envers nos aînés. L’âgisme”, qui correspond aux discriminations, à la stigmatisation et aux préjugés liés à l’âge, a des conséquences concrètes sur la santé mentale des personnes âgées. 

Dans une perspective décliniste, on a tendance à considérer comme “allant de soi” la détérioration cognitive et psychologique des personnes âgées, comme si elle était le corollaire évident et naturel de l’avancée en âge : le vieillissement est perçu comme un processus intrinsèquement négatif, synonyme de dégénérescence, d’affaiblissement, de perte et de déprise. Or, s’il existe des pathologies spécifiques aux personnes âgées (dont les “démences”, telles l’Alzheimer sont les plus connues du grand public), certains troubles mentaux “communs” (tels que la dépression et l’anxiété) tendent à être invisibilisés : dans un rapport de 2017, l’OMS rapportait que 7% des 60 ans et plus étaient touchés par la dépression tandis que 3,8% d’entre eux étaient concernés par les troubles anxieux. Ces affections peuvent - au moins partiellement - être liées au regard que la société porte sur la vieillesse, et aux attitudes qui en découlent : stigmatisation par les professionnels de santé, isolement “contraint”, villes et habitats structurellement inadaptés, dévalorisation des corps “vieux”, etc. L’expression la plus douloureuse de l’âgisme est peut-être l’intériorisation, par les personnes âgées elles-mêmes, des représentations négatives qui leur sont associées : s’identifier à l’image négative que la société produit de soi a des conséquences dramatiques sur l’estime de soi et la santé mentale. 

Vieillir en santé”, ou “vieillir bien” est une préoccupation majeure en santé publique : il s’agit de permettre à tout un chacun d’avancer en âge dans les meilleures conditions possibles : sanitaires, physiques, et bien sûr mentales. À travers le concept du “bien-vieillir”, on a beaucoup insisté sur l’adoption par les personnes âgées de comportements individuels préventifs : alimentation saine, activité physique, interactions sociales, développement d’habiletés cognitives. Cela dit, la capacité des individus à effectivement appliquer ces recommandations désormais canoniques (“manger, bouger”) est largement déterminée par des facteurs socio-économiques, environnementaux et culturels. En termes de prévention, il convient sûrement d'abord d’interroger les inégalités structurelles qui organisent la société.

 

Objectifs

Cette journée a pour objectif d’offrir : 

  • Dans un premier temps, un aperçu pluridisciplinaire de la santé mentale chez les personnes âgées : repères épidémiologiques, regard sociologique, apport de la psychologie et dimensions économique, organisationnelle et légale. 
  • Ensuite, au travers d’une table ronde, il s’agira de questionner les possibles voies préventives pour lutter contre la dépression et l'anxiété chez les personnes âgées : discussion du “bien-vieillir” comme concept normatif ; aménagements territoriaux et matériels ; engagement citoyen et prévention de l’isolement ; moyens de luttes contre l’âgisme.

 

Informations

Inscription gratuite et obligatoire.

Format hybride (présentiel et distanciel).

Passage en webinaire complet si les conditions sanitaires ne permettent pas le présentiel.

Pour toute information supplémentaire ou demande, nous sommes joignables par e-mail : sid.vieillissement@gmail.com.

Personnes connectées : 1